[courotaf.fr]

UTV Relais 4

Pré-chauffage

26 août 2016, quelque part dans Belledonne:

29 août 2016, dans ma messagerie:

Allez, je vais pas mentir, j'ai même pas réfléchi une seconde à cette proposition de dossard-pour-vingt-bornes de dernière minute :-]

Le Pic St Michel j'y suis jamais allé, en fait a part 2 ou 3 ballades avec marmots, je n'ai jamais été dans le Vercors. En plus c'est pas pour rejoindre n'importe quelle équipe, c'est la team In Tartiflette We Trust!

Toute ma vie de pré-montagnard résonne à cette phrase. Quasiment tous ceux avec qui je passe du temps en haut viennent de près ou de loin des forums skipass. Si ça c'est pas une excuse béton pour prendre un dossard. Passons aux présentations:

Bref, même si je suis désolé pour le coureur blessé que je remplace et quoi qu'il advienne durant la course, cette équipe est chargée de sens, je suis heureux de les rejoindre: c'est beau!

Chauffage

Après une soirée team building autours d'une bière & d'un plat de ravioles avec Jano (croisé rapidos Samontetro & Le Bouk) et un pré-réveil au son du départ des solos, place à notre course!

Autrans (1040 m), 7:00 Pan! Départ des relais 4. Les solos ont 2 heures d'avance et les relais 2, une seule. Guillaume était un peu tendu: c'est son premier dossard, mais courant à domicile il connait le parcours. Direction le Pas de Bellecombe, 1630m. La stratégie est simple : mollo jusqu'à St Niz' pour tout lâcher dans la seconde partie du relai.

Levé 15min avant le départ, le reste de l'équipe enchaîne direct sur le combo boulangerie/p'tit dej avant dispersion: Onno file au ravito de St Niz' pour encourager notre poulain et Axar et moi ont tente de le voir à Engins. Raté, on le loupe de peu, du coup on pousse jusqu'à la sortie des Gorges du Bruyant pour l'encourager. SMS de Onno:

Ah ah! Aux chiottes la stratégie!

Lans en Vercors, 9:15, le village est blindé (c'est jour de marché en plus), je me met en tenue et après 2h28 de course, je prends le relais de Guillaume direction : le Pic Saint Michel (1966 m) via la Combe Claire pour finir dré dans la face ouest. C'est parfait, à mon passage le soleil n’a pas encore basculé et je monte à la fraîche. Je suis impressionné par le nombre de solo/duo que je double, pour eux la journée va être bien longue! De mon côté, je me sent bien, mais je me fais passer régulièrement par des relais 4... Sans doutes les équipes ont sorties leurs chamois à 3 poumons pour cette étapes qualifié d'Alpine.

Après avoir traversé alpages, forêts et enfin le dernier étage en bonne caillasse, le sommet est atteint. La vue sur le plateau est superbe, en revanche vers l'est faudra revenir: un mur de nuage prolonge la crête, c'est très visuel, mais c'est rapé pour la vue renommée vers Grenoble. Le temps de grignoter en rangeant les bâtons, c'est re-partit pour la descente. Alpine et panoramique jusqu'au Col de l'Arc, puis forestière jusqu'aux abords de Villard. J'ai l'impression d'être moins largué en descente, pourvu que je n'y aille pas trop fort, il reste un bon coup de cul après le ravito.

Rocher de l'Ours et Villard de Lans

Rocher de l'Ours et Villard de Lans

Villard de Lans, 11:40. J'avais dans l'idée qu'il me faudrait au moins 3h pour boucler le relai, c'est pas mal. Mes équipiers sont là pour m'encourager, c'est chouette! Un p'tit sandwich TUC©/sauciflard et ça repart pour le dernier raidard: le Sommet de Meillarot. Là aussi je suis protégé du soleil, le sentier est à couvert sous les arbre. Parfait! Parce que vu l'heure et la nébulosité, ça vaut mieux. La montée se passe bien, il me reste du jus! La descente est une plutôt fadasse pour qui n'est pas fan de chemin forestier roulant, mais ces transitions roulane c'est le prix à payer pour avoir un parcours bien articulé autours des villages du plateau, garantissant des ravito animés et agréables. Je relance avec tous le jus qu'il me reste afin d'écourter au max mon arrivée.

Méaudre, 12:15. Onno m'aura accompagné sur les 300 derniers mètres puis c'est à sont tour de filer pour le Gros Martel. Les copains m'annonce qu'il était passablement tendu par l'attente au relais. Mais nous sommes confiant il aura reconnu le parcours quelques jours auparavent avec Guillaume. Le temps de souffler et de piller modérément le ravito, on remonte en voiture pour le prochain et dernier relais. On avait une options pour encourager Onno à Basse Valette mais entre l'inconnue des temps de parcours et les galère de parking, ont file à Rencurel sans s'arrêter pour ne pas risque de foirer le passage du relais.

À Rencurel, bonne surprise: on voit arriver Jano. Partit sur le solo, son genou blessé et douloureux en descente, lui faisait craindre un abandon et le voilà toujours devant notre équipe après les 3/4 du parcours! Déjà aux Allobroges il avait cartonné en annonçant une petite forme, qu'est ce que ça va donner le jour il se sentira bien!

Onno arrivera ensuite, 14:54, passablement roti: il à l'air d'avoir vraiment tout donné! Le temps de lui laisser reprendre son souffle, nous retournons à Autrans pour l'arrivée de Romain. Cette année ce dernière relai traverse la réserve biologique intégrale de Écouges, et l'accès routier en plus d'être limité, ne débouche pas sur Autrans.

Autrans, 17:10, posté a une centaine de mètres de l'arrivée pour attendre Romain, nous l'accompagnons pour une arrivée commune. Le contrat à été bien rempli, on aura tous donné pour boucler ces 80km en à peine plus de 10:00. À nous la bière!

Refroidissement

Une première pour moi sur un tel format de course, et ma fois même si c'était très différant des moment que je cherche habituellement ne montagne, c'était un super moment. La journée passe finalement assez vite à suivre les copains, et c'est une drôle d'ambiance que d'être dans la course et en dehors à la fois.

Cette course à vraiment une âme sympa: entre l'intégration dans les villages du plateau, le parcours, le petit nombre de dossards, l'ambiance, etc. C'est pas une course saucisson, mais pour un format long, on est dans l'esprit. Allez y!

Merci!

La trace!